56 % des responsables de l’informatique ne sont pas au courant des coûts engendrés par leurs systèmes de collaboration et de conférence

Spiceworks a récemment mené un sondage à la demande de Lifesize, une entreprise dans le secteur de la visioconférence. Le sondage confirme que les informaticiens travaillent à l’aveuglette, sans connaître les coûts totaux de leurs installations.

Les professionnels de l’informatique ne disposent pas de systèmes optimisés. Selon le sondage, les organisations utilisent en moyenne plus de quatre solutions distinctes (Web, audio, vidéo, chat, etc.), provenant de trois fournisseurs différents pour tenter de répondre à la forte demande de collaboration. Lorsqu’ils sont amenés à jongler entre plusieurs systèmes, les professionnels de l’informatique sont confrontés à des coûts supplémentaires, aux limites du réseau et à des problèmes de gestion et de qualité des services.

Le sondage a mis en évidence les constats suivants :

Près de 7 professionnels de l’informatique sur 10 déclarent que la collaboration est une priorité, voire qu’elle est indispensable à la stratégie de l’entreprise.

68 % des personnes interrogées estiment que si elles portaient une attention accrue aux outils de collaboration, cela aurait des répercussions positives sur les utilisateurs finaux.

92 % des personnes interrogées ont déjà déployé ou prévoient d’utiliser plusieurs outils de collaboration.

Les quatre outils les plus courants sont la messagerie (74 %), le partage d’écran (72 %), l’audioconférence et les communications vocales (72 %), et la vidéo (70 %).

66 % des professionnels de l’informatique interrogés ont recours à plusieurs fournisseurs.

Les personnes interrogées ont déclaré que plusieurs autres facteurs contribuent au coût total de propriété des outils de collaboration : l’infrastructure nécessaire à ces outils
(52 %), le dépannage informatique (49 %), les exigences de bande passante (48 %), le dépannage des utilisateurs finaux (44 %), le déploiement des outils (42 %), la formation des utilisateurs finaux (41 %) et la gestion des outils (36 %).

Les autres défis majeurs incluent, entre autres, les limites du réseau (28 %) et de la bande passante (27 %), les problèmes de connexion et d’abandon des conférences (26 %), les restrictions de sécurité empêchant le partage de fichiers (25 %), la qualité médiocre des vidéos (22 %) et les problèmes de compatibilité (20 %).

Article en lien