Déconfinement : le gouvernement dévoile les règles sanitaires à appliquer dans les bureaux

©Edward Jenner

Le gouvernement a publié le 3 mai 2020 le protocole national de déconfinement pour les entreprises pour assurer la santé et la sécurité des salariés. Le document décrit la démarche à appliquer dans chaque entreprise afin d’éviter les risques d’exposition au coronavirus lorsque les collaborateurs seront de retour au bureau, à partir du 11 mai. Si l’État préconise de recourir au télétravail tant que cela est possible, il recommande la mise en place d’horaires décalées pour les postes dont la présence sur le lieu de travail est indispensable.

Les principales règles d’hygiène

Une fois dans les locaux, les salariés devront tout de même respecter une distance physique d’au moins un mètre entre eux. Cela équivaut à une surface de 4 m² par personne. Bien entendu, les employés devront éviter de se serrer la main ou de s’embrasser pour se saluer. Le rapport recommande par ailleurs d’aérer les locaux toutes les trois heures pendant quinze minutes et de désinfecter régulièrement les objets manipulés et les surfaces, y compris les sanitaires.

Le port du masque n’est pas obligatoire

Si la distance entre les postes et les personnes est respectée, le rapport ne contraint pas l’employeur à imposer le port du masque. Malgré tout, si le respect de la distanciation physique ne peut pas être garanti entre deux personnes, le masque devient obligatoire et doit être mis à disposition des collaborateurs. Le choix du type de masque reste toutefois à l’appréciation de l’entreprise et de l’évaluation des risques d’exposition qu’elle en fait.

Les autres équipements de protection individuelle (EPI) obéissent aux mêmes règles d’utilisation, bien que le gouvernement stipule que pour un travail de bureau, le lavage des mains est suffisant. En donnant un faux sentiment de protection, les gants deviennent eux-mêmes vecteurs de transmission et le risque de contamination peut être supérieur.

Une circulation facilitée au sein des locaux

À l’entrée du site, il est recommandé de condamner les tourniquets afin d’éviter le contact des mains. Le marquage au sol peut, quant à lui, être utile afin d’organiser la distanciation physique. Les rampes d’escaliers doivent être désinfectées deux fois par jour minimum et une distance d’au moins un mètre entre les personnes doit être maintenue, même dans les ascenseurs. Dans les espaces partagés, le gouvernement recommande d’installer un dispositif permettant de connaître le nombre d’entrées et de sortie d’une salle. Il est du reste plus sécurisant de laisser les portes constamment ouvertes. Par ailleurs, les entreprises en flex office sont encouragées, le temps de la pandémie, à attribuer un poste par personne.

Le contrôle de température à l’entrée des locaux est déconseillé

Le ministère des Solidarités et de la Santé recommande à chacun de prendre sa température en cas de sensation de fièvre. Le porteur du virus pouvant être asymptomatique, la prise de température dans le but de repérer une personne potentiellement infectée est jugée faussement rassurante par le Haut Conseil de la santé publique. Si les entreprises sont autorisées à contrôler la température de leurs collaborateurs à l’entrée du bâtiment en respectant certaines règles, celle-ci n’est, pour autant, pas recommandée.

Article en lien