Deux tiers des installations d’éclairage en entreprise seraient d’une qualité insuffisante

Partie intégrante d’une bonne ergonomie en entreprise, la luminosité joue un rôle essentiel dans la productivité et le bien-être des collaborateurs. Pourtant, une majorité d’entreprises ne propose pas un niveau d’éclairement suffisant dans ses espaces de travail révèle l’agence de la transition écologique (l’Ademe) dans son livre blanc Rénover l’éclairage des bâtiments tertiaires, publié en juillet 2020.

Après avoir analysé les chiffres de l’enquête menée par le Syndicat de l’éclairage auprès de 150 établissements du secteur tertiaire, l’Ademe dresse un bilan peu glorieux de l’éclairage en entreprise : « deux tiers des installations sont de qualité médiocre », constate l’organisation dans son livre blanc. Trois principaux défauts en sont la cause :

  • La présence de sources lumineuses dans le champ de vision provoquant un éblouissement direct.
  • Une alternance de zones fortement éclairées et faiblement éclairées en entreprise à l’origine de fatigue visuelle.
  • Des ambiances lumineuses désagréables du fait d’une température de couleur de la lumière trop froide.

Le niveau d’éclairement exigé par le Code du travail est, d’ailleurs, de 120 lux. Or, seules 8% des installations en entreprise respectent cette exigence.

Comment évaluer la qualité d’un luminaire ?

Des outils existent pourtant afin de choisir un matériel de qualité à pour son espace de travail. La charte LED du Syndicat de l’éclairage communique d’ailleurs sur les critères essentiels à respecter lors de l’achat de ces produits. Ainsi, si l’organisme n’est pas mentionné dans la fiche technique d’un luminaire, l’acheteur doit redoubler d’attention. Autre signe à repérer : la marque européenne ENEC qui remplace NF Luminaires. Cette certification assure qu’une tierce partie vérifie la conformité aux normes de sécurité. Petit bonus : ENEC+ va même plus loin en certifiant également certaines performances initiales. Si ces indications ne sont pas obligatoires, elles assurent toutefois que le luminaire acheté respecter les normes. Il est donc recommandé d’y porter son attention.

La mobilité des salariés favorise un meilleur éclairage

Les nouveaux modes de travail influencent le choix des luminaires et donc la qualité de l’éclairage dans les espaces de travail. Avec la mise en place du flex office, les lampadaires dotés de variateurs permettant de personnaliser l’intensité de l’éclairage se généralisent dans les open spaces. Ainsi,ces installations qui s’adaptent aux besoins de chaque collaborateur améliorent de ce fait leur confort.

Article en lien