Données personnelles : adoptez la bonne posture !

A mesure qu’augmentent les objets connectés au sein des espaces de travail, la data qu’ils génèrent doit être soumise à une protection renforcée, pour la sécurité des individus et des organisations. Retour sur la conférence animée par Maître Alain Bensoussan et Info Buro Mag organisée lors du dernier salon des achats.

« L’achat des prestations incorporelles : quelle place pour les données ? ». Tel était le thème développé lors de la conférence Info Buro Mag organisée sur le salon des achats, en partenariat avec la fédération Eben. Un sujet plus que jamais d’actualité sur lequel est revenu maître Alain Bensoussan, avocat à la cour d’appel de Paris, spécialisé en droit des technologies avancées. Pour mémoire, la protection des données à caractère personnel s’apprête à être profondément modifiée le 25 mai prochain, date de l’entrée en vigueur du Règlement Général de l’Union Européenne sur la Protection des Données (RGPD), qui vise à simplifier la situation actuelle mais également à augmenter les obligations et sanctions pour les entreprises. Si la feuille de route consiste in fine à se maintenir ou se mettre en conformité avec le nouveau règlement, a indiqué Alain Bensoussan, les sociétés doivent pour cela intégrer l’ensemble des obligations juridiques dans tous les aspects de traitements de données. « Quelle est la valorisation de ces données ? Quels écosystèmes mettre en place ?… autant de problématiques auxquelles les entreprises doivent être capables de répondre si elles veulent rester compétitives ».

Privatiser la data, anticiper les sanctions

Bureaux et sièges connectés, capteurs de gestion des flux, systèmes de réservation de salle de réunion, applications internes… se croisent chaque jour des milliers de données dans les espaces de travail, comme autant d’informations sensibles pour les organisations et les collaborateurs. « En laissant des traces, sorte de sécrétions informationnelles présentes dans chaque objet connecté qui l’entourent, l’individu est en train de se créer un double virtuel. Il faut donc être vigilant lorsqu’on achète une solution intelligente : comme il y a des adresses IP, il y a désormais des « individus IP », protégés par la réglementation des données personnelles ». La data, qui imbrique les données personnelles et privées, et repose sur deux axes technologiques (volonté de partage des données d’un côté, de privatisation de l’autre via les objets connectés), représente en outre une tendance économique majeure dont l’environnement mouvant et complexe doit être impérativement maîtrisé, dans un contexte où n’existent ni droit ni définition légale des données. « Il est nécessaire d’adopter la bonne posture autour de la data, a rappelé Alain Bensoussan, car la guerre de demain se gagne aujourd’hui par ceux qui ont été capables de la privatiser. Celle-ci est rarement libre, toujours contextualisée. D’où l’importance pour l’entreprise d’avoir les bons réflexes dans le cadre d’un développement de projet, de comprendre les situations à risque, les bonnes pratiques, la responsabilité contractuelle, etc. ».

Article en lien