Espaces de travail : plus de flexibilité et moins de flex office

©youxventure

Dans un monde professionnel toujours plus collaboratif, l’aménagement des espaces de travail doit pouvoir faciliter le partage d’idées. Si le flex office pouvait sembler pendant un temps la réponse idéale, l’étude Parella 2019 renverse les tendances.

Dans la troisième édition de son étude annuelle sur l’évolution des modes de management des locaux d’entreprises et des nouveaux modes de travail, le cabinet de conseil en stratégies immobilières, Parella, dévoile des chiffres très décevants sur l’adoption du flex office. Sur les 61% d’entreprises interrogées qui envisageaient de mettre en place cette organisation en 2017, seules 23% d’entre elles ont réellement sauté le pas.

La mise en place trop complexe du flex office

Première raison évoquée : les employeurs ne se disent pas prêtes, ni adaptées à un tel changement d’organisation. Sa mise en place nécessite un accompagnement des salariés ainsi une redéfinition des règles de vie afin d’éviter un mauvais retour d’expérience. « Pour que la transition s’opère en douceur, les entreprises doivent communiquer auprès des salariés en les impliquant bien en amont, le manager jouera un rôle primordial dans son adoption, il faudra ainsi veiller à lui procurer les outils adéquats ainsi qu’un accompagnement personnalisé », avance Olivier Neuman, associé de Parella. Encore faut-il, avant toute chose, convaincre ses collaborateurs. La résistance des employés est la troisième cause de renoncement, juste derrière la complexité de la mise en place, bien identifiée par les employeurs.

Un aménagement inadapté au collaboratif

Si bon nombre d’entreprises ont refusé de passer au flex office, elles n’ont pas pour autant opté pour un meilleur aménagement. Environ 30% des collaborateurs ne sont toujours pas satisfaits de l’agencement de leurs locaux. La très grande majorité, soit 80%, mentionne une inadéquation des modes de travail. Un bond de 20% en deux ans. Première piste de réflexion : les bureaux restent en majorité ouverts (à hauteur de 83%) et les postes de travail sont toujours attitrés (à 87%) alors que les modes de travail sont de plus en plus collaboratifs. Environ 83% des sondés affirment travailler en mode projet. « Le mode projet ou collaboratif requiert du mobilier et des espaces qui doivent pouvoir se reconfigurer afin de regrouper les différents acteurs, permanents ou ponctuels, internes ou externes, selon les différentes phases du projet », explique Olivier Neuman. Or, seules 30% des entreprises possèdent des espaces modulaires. L’aménagement reste le point faible des entreprises qui affichent une certaine flexibilité dans leur management : 79% d’entre elles ont adopté le télétravail et 74% ont assoupli les horaires de leurs collaborateurs.

Article en lien