IT : privilégier l’usage plutôt que la possession, la solution contre l’obsolescence programmée ?

©John Schnobrich

Comment inciter les fabricants à allonger la durée de vie de leurs appareils dans une économie qui repose au contraire sur la consommation de masse et le renouvellement de biens d’équipement ?

Pour résoudre cette équation, une réponse semble aujourd’hui s’imposer : vendre l’usage plutôt que le produit. C’est l’économie de la fonctionnalité. Un modèle dans lequel l’échange marchand ne se fait plus sur le transfert de propriété mais sur le consentement des usagers à payer une valeur d’usage. L’un des exemples les plus connus est aujourd’hui donné par Michelin. L’entreprise clermontoise a développé une offre où elle ne commercialise plus des pneus à une flotte de poids lourds mais vend leur usage au kilomètre parcouru. Dans ces conditions, l’industriel a intérêt à maintenir la performance de ses produits dans la durée et à maximiser leur usage. Autrement dit: le contraire de l’obsolescence programmée.

Le Cloud favorise l’abonnement à l’usage

Dans le monde de l’informatique, la généralisation du Cloud computing a d’ores et déjà favorisé le développement des offres dites d’IT as a service qui libèrent les entreprises des contraintes d’infrastructure. Au lieu d’acheter ou de louer de l’espace sur des serveurs fixes, les entreprises ne payent que pour les ressources qu’elles consomment. Désormais, certains fabricants tentent de déployer cette logique servicielle vers les terminaux individuels comme les PC. Après Dell, Lenovo, et HP, c’est ainsi au tour de Dynabook (ex-Toshiba) de se lancer sur le marché de la location. Avec son Pack Pro Connect, le constructeur propose à ses clients professionnels non pas d’acheter mais de louer son matériel sur une période de trois à cinq ans pour un minimum de 49€ HT/mois comprenant : le dernier système d’exploitation Microsoft, une solution collaborative, un antivirus ainsi que le Pack Office intégré sur toute la flotte de PC. Lorsque l’engagement prend fin, le professionnel repart sur une nouvelle location et l’ancien matériel est reconditionné. « Le constructeur a tout intérêt à ce que le produit ait une seconde vie afin qu’il lui rapporte aussi dans cette période, assure Vincent Leroy, le directeur marketing de Dynabook Europe. On passe d’une économie de la possession à une économie d’usage. »

Article en lien