L’analyse des besoins informatiques, facteur de modernisation pour les entreprises

Lukas – Pexels

Dans son étude « Future of Work 2021 », le cabinet d’étude IDC a observé à la loupe l’évolution technologique et managériale de l’environnement informatique du travail.

Si le télétravail devient le symbole de l’évolution des modes de travail, avec 8 organisations sur 10 qui étendent le pérenniser,  l’investissement des entreprises dans l’équipement informatique l’est tout autant. Les bureaux sont réaménagés, des espaces dédiés aux réunions à distance sont mis en place, des outils de collaboration sont déployés. Pour accompagner ces changements, le parc informatique est revenu au centre de l’attention et, sur certains sujets, devenu le levier de stratégies d’entreprise. 89 % des répondants responsables IT, déclarent que leur organisation accorde davantage d’importance à l’environnement informatique, notamment pour augmenter l’efficacité des collaborateurs. Passée l’importance d’assurer la continuité de leur activité, les entreprises se projettent dans l’avenir dès lors qu’elles possèdent un outillage informatique satisfaisant.

La crise sanitaire, un accélérateur des dépenses IT

Pour 7 entreprises sur 10, les dépenses liées à la transformation digitale continuent d’augmenter. Mais elles restent très liées à l’achat d’ordinateurs portables, moniteurs (46 %), de tablettes ou smartphones (23 %) et d’outils collaboratifs (21 %). Donc principalement hardware, et moins sur des solutions software innovantes.

Désormais, les responsables Métiers et les directions IT espèrent aller plus loin dans les nouveaux modes de travail en travaillant davantage sur l’expérience des collaborateurs. L’analyse précise des besoins, et des solutions qui leurs sont associées, est un nouvel enjeu de la transition numérique. L’étude révèle par ailleurs que l’engagement des collaborateurs semble encore trop basique : la consultation reste très verbale voire informelle et difficilement mesurable. « Le moyen le plus employé est la constitution de groupe de travail ou les échanges avec les managers. Dans ces cas de figures, le suivi des décisions prises est difficilement mesurable et dépend principalement des personnes impliquées et de leur bonne volonté à faire avancer des projets IT », explique le cabinet IDC.

Le potentiel des instruments d’analyses (enquêtes, sondage, etc.), pour mesurer l’usage des outils informatiques auprès des salariés, est sous-exploité. Alors même qu’une entreprise sur deux (60 %) voit un bénéfice à la mise en place de ces solutions de suivi, certains services déplorent que les besoins spécifiques de leurs départements ne soient pas assez bien pris en compte. Un manque de suivi en temps réel qui freine les DSI dans la modernisation de l’environnement de travail informatique.

Article en lien