Le smartphone : première source de distraction au bureau

smartphone-entreprise-bureau-distraction-info-buro-mag

Avoir accès à un internet partout, tout le temps, via son smartphone ou son ordinateur, permet d’être plus réactif professionnellement. Mais c’est aussi une véritable source de distractions. Une enquête One Poll et Go To met en lumière l’usage des technologies pour des besoins personnels sur son lieu de travail.

Le smartphone serait le principal responsable de la distraction des salariés français à leur poste de travail. Et pour cause, selon une étude menée auprès de 200 répondants par l’institut de sondage OnePoll pour le logiciel de collaboration Cloud Go To, un collaborateur sur deux jette un œil à son portable jusqu’à neuf fois par jour pour se tenir au courant de l’actualité, consulter les réseaux sociaux ou encore les résultats sportifs.

sites-plus-consultés-smartphone-bureau

Les employés de bureau surfent aussi jusqu’à quatre fois par jour sur le web pour des raisons personnelles, notamment sur les réseaux sociaux qui représentent 60% de ces recherches. Viennent ensuite les sites de vente de prêt-à-porter (38%) et les plateformes de vidéos en ligne (34%).

Des outils numériques distrayants… comme la vie de bureau !

Avec un total hebdomadaire de 23 appels personnels passés pendant leur temps de travail, le portable est, de loin, l’outil le plus distrayant. Mais il n’est pas le seul à perturber la concentration des salariés. Au niveau mondial, les collaborateurs bavardent environ 21,15 fois, prennent 18,6 pauses café et assistent à 17,05 réunions. Ce qui représente, au total, une trentaine de pauses non travaillées.

Le télétravail comme échappatoire ?

En comparaison, cette nouvelle étude désigne le télétravail comme plus propice à la concentration et plus motivant. Elle note une baisse de 20% de l’envoi de SMS, de 21% dans l’organisation de rendez-vous non professionnels et les échanges personnels avec les collègues baissent de 35%. Une solitude profitable à la productivité mais aussi à l’origine du sentiment d’isolement qui impacterait le bien-être des collaborateurs.

Article en lien