L’Écolabel européen renforce ses exigences envers les fabricants de papier  

La Commission européenne a durci le ton. Les critères pour obtenir l’Écolabel européen sur le papier graphique ont été modifiés le 11 janvier 2019, poussant les fabricants à faire plus d’efforts sur l’impact écologique de la fabrication de leur papier.

ecolabel-européen

Pendant presque quatre ans, une réflexion sur les nouvelles exigences de l’Écolabel européen a réuni les différents acteurs du secteur du papier autour de la Commission européenne. Fabricants de matières premières, associations, organismes certificateurs originaires de pays de l’Union Européenne, industriels et parfois même leurs syndicats ont, ensemble, réécrit les conditions d’obtention de l’Écolabel européen. Elles sont dorénavant plus exigeantes et élargissent le champ de certification du label aux cartons. Le papier éco-responsable utilisé par les entreprises sera donc encore plus écologique à partir du 31 janvier 2019, date à laquelle les fabricants de papier sont priés de se mettre en conformité.

Les nouveaux impératifs de l’Écolabel européen

Selon le rapport de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (Ademe), les principales évolutions exigées par la Commission Européenne se réunissent dans ces quelques points :

  • Les limitations des seuils d’émission d’éléments nocifs dans l’air et dans l’eau comme l’oxyde d’azote ou le phosphore sont renforcés.
  • Les seuils de consommation d’énergie autorisée pour la fabrication du papier sont abaissés.
  • Le taux de fibres recyclées ou issues de « forêts durables » doit être au minimum de 70% au lieu de 50% dans la version antérieure.
  • L’usage des additifs est encadré
  • Un plan de gestion des déchets doit être mis en place avec des objectifs d’amélioration en continu

En respectant ces mesures, les fabricants peuvent ainsi assurer vendre du papier aux faibles émissions nocives dans l’air et dans l’eau au cours de leur production et qui a nécessité peu d’énergie au cours de leur cycle de production. La France dénombrait en mars 2018 près de 484 entreprises titulaires de l’Écolabel européen, tous produits et secteurs confondus, sur les 2 091 présentes dans l’Union Européenne.

Article en lien