Les salariés français se convertissent aux écogestes

Une étude Riposte Verte fait le point sur les bonnes (et les moins bonnes) pratiques environnementales des salariés français.

Parfois jugés dérisoires voire inutiles face à l’ampleur de la crise environnementale, les écogestes du quotidien peuvent pourtant avoir un réel impact sur l’empreinte carbone personnel. Et même s’ils ne remplacent pas une politique RSE formalisée, ces « petites » actions sont un préalable nécessaire avant d’envisager des changements de comportements plus profonds. Les salariés français semblent en tout cas convaincus de leur intérêt : ils sont 97 % à se dire prêts à modifier leurs habitudes pour adopter plus d’écogestes selon une étude de Riposte verte, Fiducial office solutions et G-On, menée au printemps 2019 auprès de 1 060 personnes. Nombre d’entre eux ont d’ailleurs déjà intégrer ces bonnes pratiques comme le choix de fournitures de bureau écologiques (43 %), l’impression des documents en recto-verso (95 %) ou encore la limitation de poids des pièces jointes qui sollicitent les serveurs (54 %). Sur d’autres sujets en revanche, les marges de progression sont encore importantes. Ils ne sont ainsi que 33 % à ne pas utiliser des gobelets en plastique. Et seuls 9 % d’entre eux éteignent leurs ordinateurs avant de partir en réunion ou en pause déjeuner.

Découvrez l’intégralité des résultats avec l’infographie des chiffres clés 2019 :

Article en lien