Montparnasse, mon coworking

À quelques mois des premiers travaux de rénovation de la tour Montparnasse, Morning Coworking annonce la création d’un vaste espace de coworking sur deux étages de la tour.

Morning Coworking
© Morning Coworking

Voilà qui devrait dépoussiérer un peu plus l’image vieillissante du plus haut gratte-ciel de Paris, dont la rénovation « en grand » est justement prévue à l’été 2019, pour s’achever en 2024 en plein Jeux olympiques. Un espace de coworking, étendu sur une surface de 3 400 m2, sera inauguré en mars prochain, Morning Coworking aux commandes. La startup ajoute ainsi une adresse de taille à son maillage francilien, aux 52e et 53e étages de la tour Montparnasse. Objectif : faciliter la vie des télétravailleurs de l’ouest hexagonal (Nantes, Rennes, Bordeaux…) qui transitent dans le 14e arrondissement de Paris par la gare Montparnasse à quelques pas.

Déjà accessible à la réservation sur le site de la startup, le coworking dévoilera 300 bureaux « prêts-à-bosser » pour plus de 50 entreprises, ainsi que pour les travailleurs nomades attendus. Morning Coworking Montparnasse explique s’être inspiré de l’effervescence artistique des années folles pour proposer des bureaux dans un style Art déco, tout en profitant de l’une des plus belles vues de Paris. Construit sur deux étages, il offre à chaque niveau cinq salles de réunion, une cuisine, un grand espace commun pour s’inspirer, partager et se rencontrer ainsi qu’une salle de sieste.

Dénicher des « lieux atypiques faciles d’accès » et « les réhabiliter dans un court laps de temps » est la marque de fabrique de Morning Coworking. L’entreprise a misé sur une ancienne école du XIXe siècle dans le 9e arrondissement de Paris en 2017, un entrepôt à Bagnolet en 2018 ou encore un ancien bâtiment des douanes au métro République. « En offrant la possibilité de remplacer le bureau traditionnel par des environnements qui sont de véritables lieux d’échanges et de rencontres, les espaces de coworking redessinent la façon de travailler et de collaborer » commente Clément Alteresco, son fondateur.

Morning Coworking
© Morning Coworking

Article en lien