Pour ses nouveaux locaux, Space 10, le fab lab d’Ikea mise sur les cloisons

space-10-fablab
©Space 10

« Nous pensons que lorsque le monde entier risque de devenir un lieu de travail, il est encore plus important d’avoir un pôle physique, un lieu qui lie les personnes à un objectif commun et qui représente les convictions fondamentales de l’entreprise. » C’est par cette phrase que Space 10, le fab lab d’Ikea, a justifié la rénovation de ses locaux à Copenhague, au Danemark, avec la volonté d’accueillir trente personnes dans un espace conçu, à l’origine, pour une dizaine seulement. Depuis 2015, le laboratoire repense le mobilier de demain et a généré un nombre important de nouvelles idées. Le nouvel aménagement de l’espace affiche donc pour principal objectif de garder l’innovation au cœur de la pensée des créateurs. L’ensemble des éléments composants l’espace devient, ainsi, modulable et entièrement mobile.

Plus de pièces, mais autant de murs

Pour relever ce défi, Ikea a fait appel à l’agence de design et d’architecture danoise Spacon & X. Le spécialiste avait une consigne : « concevoir des bureaux capables de s’adapter et de se transformer. » Ensemble, ils se sont appuyés sur deux tendances de l’aménagement des espaces de travail en 2019 : le mobilier évolutif et le nomadisme. Un laboratoire de fabrication, un studio technique, une cuisine de test, un espace événementiel, une galerie et des salles de réunion ont vu le jour sans même pousser les murs. L’astuce ? Toutes ces pièces peuvent se monter et se démonter en fonction des besoins.

space-10-platerformes
©Space 10

Des cloisons pour « une meilleure santé mentale »

Si Spacon & X a réussi ce tour de force, c’est parce qu’ils ont pris le contre-pied de la tendance actuelle qui décloisonne les espaces en entreprise.  « Le point de départ le plus important a été de s’éloigner du plan ouvert » reconnaît Kevin Curran, le responsable de programme de Space 10. Pour prendre position, le géant suédois s’est notamment appuyé sur un rapport de l’Asia –Pacific Journal of Health Management, estimant que les environnements sans cloisons provoquent des conflits, une tendance à l’hypertension artérielle chez les salariés et un turnover important du personnel.  « Priorité à la santé mentale de nos équipes » affirme alors le fab lab. Mais pas question non plus de revenir aux anciens bureaux fermés : des « cubes » acoustiques semi-ouverts ont été installés ainsi que des cadres revêtus de panneaux insonorisants afin de limiter le bruit. Des modules semi-insonorisés ont aussi vu le jour ici et là, offrant la possibilité de se concentrer au maximum lorsque cela est nécessaire. « Nous ne recherchions pas forcément la suppression totale du bruit, mais seulement de quoi dissuader les gens d’interrompre des collaborateurs en plein travail », explique la fondatrice de Spacon & X, Nikoline Dyrup Carlsen.

©Space 10

Conserver ce qui peut être réutilisé

Autre ligne conductrice respectée par l’agence d’architecture et Space 10 : la réutilisation du mobilier déjà présent. « Au lieu de choisir la méthode la plus simple, qui était de tout jeter et de repartir de zéro, explique la directrice de l’agence, nous avons réutilisé ce que nous pouvions conserver. »  Les éléments de base des locaux qui étaient en bois brut, par exemple, ont été repeints. Les panneaux servants à délimiter l’espace entre les différentes pièces ont été, quant à eux, fabriqués à partir de bouteilles en polyéthylène téréphtalate (PET) recyclées, une matière légère, pratique pour un mobilier mobile.

©Space 10

Avec ces différents aménagements censés favoriser la qualité de vie au travail des collaborateurs, Space X espère faire de ses locaux une ‘‘destination’’.  « Cela ne veut pas dire occuper une place avec suffisamment d’avantages pour que les gens restent, mais être simplement un endroit où les gens souhaitent se rendre. »

Article en lien