Les 5 questions à se poser sur… les effets de la lumière sur l’Homme


Notre rythme biologique est-il régulé par la lumière ?

➔ Oui, c’est ce qu’on appelle le rythme circadien.

Notre horloge interne se resynchronise en permanence sur un cycle de 24h. Or, en l’absence de repères lumineux, le cycle circadien aurait tendance à se décaler de 1 heure tous les 5 jours. Certaines études scientifiques ont prouvé qu’il était possible de resynchroniser le rythme circadien des individus en reproduisant artificiellement l’éclairage du soleil. Cette technique est notamment utilisée par les sportifs de haut niveau ou encore par les spationautes, exposés à une lumière constante durant des semaines lors de sorties dans l’espace.

Qui sont les populations à risques ?

➔Trois types de population

Les personnes atteintes de mal voyance, les personnes âgées et les enfants doivent être particulièrement attentif à leur exposition à la lumière : la lumière influence directement le développement de ces derniers. En cas de manque de lumière, des études ont prouvé le risque de développement de pathologies handicapantes comme le rachitisme et la myopie précoce.

Les LED sont-elles dangereuses ?

➔ A priori non

En l’état actuel des connaissances, on estime que dans des conditions normales d’utilisation, elles ne le sont pas. C’est en tout cas le sens du rapport publié par l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) en octobre 2010, qui précise toutefois que des précautions d’usage sont à respecter, en particulier avec les LED riches en lumière bleue (toutes les LED n’ayant pas les mêmes spécificités) : éviter l’exposition répétée, prolongée et de forte intensité, ne pas s’approcher à moins de 20 cm d’une source lumineuse, ne pas regarder directement les sources de lumière ayant une température de couleur élevée (lumière froide), surtout pour les enfants dont la transparence du cristallin ne permet pas de filtrer suffisamment les longueurs d’ondes courtes dont le bleu fait partie.

Peut-elle perturber le sommeil ?

➔ Oui

La lumière favorise l’éveil. Trop de lumière en soirée peut interférer avec la production de mélatonine, communément appelée hormone du sommeil et dont la sécrétion débute en général 2 heures avant le coucher habituel. Bien qu’il soit difficile de quantifier la lumière nécessaire pour perturber le sommeil, des mesures de bon sens existent. Ne pas dormir la lumière allumée, diminuer progressivement l’exposition à la lumière avant d’aller se coucher et si possible, éviter de s’exposer aux écrans avant de dormir. Ces derniers diffusent une lumière bleue qui trouble la sécrétion de mélatonine.

Quels sont les effets de la lumière artificielle ?

➔ Positifs et négatifs

Tout comme la lumière naturelle, elle provoque des effets dits « biologiques » qui influencent directement le fonctionnement de l’organisme humain et des effets « psychologiques », qui agit sur l’humeur et psyché des individus. L’influence de la lumière sur notre état psychologique est souvent mise en évidence au travers du trouble affectif saisonnier qui toucherait plus d’une personne sur six en hiver. Certaines formes sont traitées par une lumière artificielle palliative (photothérapie ou luminothérapie).

Article en lien