Emploi : le marché en quête de directeurs achats indirects

Selon le dernier baromètre de Robert Walters, les fonctions achats et logistiques continuent sur une bonne dynamique au sein des entreprises. Un marché de l’emploi en meilleure santé, qui profite notamment aux directeurs achats indirects, aux RH et aux profils du secteur de la finance.

 

Avec un volume d’offres d’emploi au 1er trimestre en croissance de 11 % par rapport à 2017, « l’année 2018 démarre dans une belle dynamique pour le marché de l’emploi des cadres », observe le dernier baromètre de l’emploi Robert Walters. « Cette tendance de fond témoigne de la mutation des entreprises, qui prennent conscience de l’importance d’investir dans leur capital humain, commente Coralie Rachet, directrice France de l’agence de recrutement spécialisé. Dans ce contexte, le recours à l’intermédiation s’intensifie pour les accompagner dans leur volonté de structurer leurs équipes sur le top et middle management. »

Professionnalisation et modernisation pour les cadres des achats

Selon Robert Walters, les fonctions achats et logistiques continuent de croître au sein des entreprises avec un volume d’offres d’emploi en croissance de 13 % au 1er trimestre 2018. Un accent particulier est mis sur les profils compétents dans les achats indirects, qui se structurent de manière significative dans de nombreux groupes. Par ailleurs, la professionnalisation de la fonction Achats, de plus en plus fréquemment intégrée aux comités de direction, donne lieu à des recrutements accrus de directeurs des achats. Quant à lui, le secteur industriel connaît la plus forte hausse en volume d’offres d’emploi à cette même période, avec 19 % d’offres de plus vs 2017, offrant des opportunités aux ingénieurs, mais également aux fonctions transverses comme la finance ou les RH. « Non seulement les industriels investissent sur leur parc existant, mais pour la première fois depuis des années, ils créent de nouvelles usines, marquant le retour du greenfield en France ».

Augmentation des capacités logistiques

Les fonctions financières font également partie des fonctions les plus dynamiques en volume d’offres d’emploi au 1er trimestre 2018 (+12 %). Les profils de spécialistes (responsables comptables et consolideurs notamment) sont toujours très demandés mais la hausse du volume d’offres d’emploi se fait en particulier sur les postes de contrôleur de gestion expérimentés (+17 %) et d’auditeur (+26 %). Les entreprises cherchent en effet à recruter des hauts potentiels dans ces domaines pour les faire évoluer, dans une logique de pépinière.

Pour leur part, les fonctions logistiques doivent faire face à une productivité grandissante et aux transformations du monde du retail et de la grande distribution pour répondre aux exigences clients toujours plus fortes (circuits courts, flexibilité et rapidité des livraisons). Dans toute la France, l’augmentation des capacités logistiques entraîne une hausse du volume d’offres d’emploi pour le poste de directeur d’entrepôt (+18 % du volume d’offres d’emploi au 1er trimestre 2018).

Les RH sous de bons auspices

Enfin, conclut ce 17e baromètre, la croissance constatée ces derniers mois dans les métiers des RH est poussée par les évolutions technologiques et législatives (digitalisation, simplification du bulletin de paie, prélèvement à la source, loi Macron, RGPD…), accentuant les besoins pour des profils polyvalents sur les fonctions administratives (Paie, SIRH, Comp & Ben, Contrôle de gestion sociale…). La plus forte hausse concerne les postes liés au talent management avec une progression de 30 % du volume d’offres d’emploi, témoin de la guerre ouverte des talents.

Article en lien