Performance informatique : un défi pour les PME françaises

« Les PME se contentent d’une informatique sous-performante », conclut Konica Minolta, à la suite d’une étude* (Opinium) portant sur les investissements en matière d’équipements informatiques en Europe et aux Etats-Unis.

C’est en France que le budget alloué apparaît le plus faible, avec 184 000 euros d’investis, contre 750 000 euros aux USA. D’après les 815 dirigeants de PME européennes et américaines interrogés, 56 % du budget informatique est consacré à la résolution des problèmes techniques, soit un coût estimé à 227 000 euros par an. En la matière, les dépenses avoisinent les 100 000 euros dans l’Hexagone. « Confrontées à un défi majeur qui consiste à gérer de multiples systèmes et relier des points de données disparates, tout en restant compétitives et conformes, les PME doivent néanmoins réussir leur transformation numérique », explique Mick Heys, VP européen des solutions d’imagerie, d’impression et de traitement des documents chez IDC.

L’impact des dysfonctionnements informatiques sur l’activité

Les PME estiment perdre plus de 15 heures par mois à résoudre les problèmes informatiques. L’impact des dysfonctionnements informatiques sur leur activité est également important :

Un frein à l’innovation

L’opinion des PME françaises, quant à l’impact des technologies futures sur leur productivité, est positive (80 %). En France, 47 % se déclarent favorables à l’intégration et à l’adoption de l’intelligence artificielle et de machine learning. Selon l’étude, elles sont convaincues qu’un avenir incluant ces technologies est prometteur. Pour autant, bon nombre d’entre elles ont du mal à mettre en œuvre de nouvelles solutions informatiques.

Premier frein : la difficulté des dirigeants de PME interrogés à recruter les bonnes ressources IT et le manque de compétences en interne (57%). Second frein à l’innovation : un faible taux d’adoption des technologies Cloud alors que de nombreuses solutions d’intelligence artificielle et de machine learning mises sur le marché aujourd’hui impliquent d’y recourir. Selon l’enquête, seules 16 % des PME françaises déclarent avoir l’intention d’adopter une infrastructure Cloud au cours des trois prochaines années, même constat pour les applications Cloud.

En marge de la commercialisation de sa plateforme de services informatiques, Konica Minolta a commandé cette étude afin de mieux connaître les problématiques IT et attentes des dirigeants de PME. « L’objectif de Konica Minolta est d’aider les PME à créer l’environnement de travail du futur optimisé par l’IoT et l’IA. La première étape de ce processus consiste à simplifier leur informatique avec un système tout-en-un intégrant matériels, logiciels et services, le tout managé par un fournisseur unique. Nous sommes convaincus qu’en connectant de manière transparente les personnes », a commenté Dennis Curry, directeur technique adjoint de Konica Minolta et concepteur de Workplace Hub.

 

Article en lien