Salariés de moins de 30 ans : sont-ils moins motivés en télétravail ?

CR – Karolina Grabowska de Pixabay

Réalisée auprès de 3000 salariés sédentaires à la fin de l’été, l’enquête « L’impact de la crise sanitaire sur les environnements de travail » vient d’être publiée par le groupe Kardham. Si 80% des salariés interrogés aspirent à davantage de télétravail, cette tendance reste à nuancer en fonction des profils.

Si l’enquête du groupe Kardham, baptisée « L’impact de la crise sanitaire sur les environnements de travail » confirme certaines grandes tendances en matière de télétravail, elle révèle aussi un vécu différent selon les profils de collaborateurs. La première constatation étant, avant tout, l’appétence des salariés pour le télétravail.

  • Le télétravail séduit, qu’importe les générations

Avant le confinement et la crise sanitaire, seuls 7,5% des répondants travaillaient régulièrement à distance. Selon l’enquête, ils sont aujourd’hui 80% à vouloir le faire. La majorité des indicateurs témoignent d’un bilan positif de l’expérience du travail en confinement, avec des conditions et des rythmes de travail satisfaisant et une vraie adaptation à ce cadre de travail contraint. Autre élément positif ressenti par les salariés : le soutien de leur direction. Plus de 80% des répondants estiment avoir été suffisamment épaulé et managé par leur hiérarchie.

  • Une baisse du niveau de motivation chez les moins de 30 ans

Contrairement aux idées reçues, cet engouement est intergénérationnel. En revanche, ce sont les salariés les plus jeunes (entre 18 et 30 ans), qui ont davantage ressenti une baisse de leur niveau de motivation et d’engagement (7 points d’écart) en situation de télétravail. Piste d’explication ? Plus que l’âge des répondants, l’étude révèle que c’est davantage l’adaptation du domicile à l’exercice du télétravail qui augmente la satisfaction des salariés. Une « adaptation » qui s’entend dans sa forme la plus compète, à savoir le confort physique (chaise ergonomique, double écran) autant que des facteurs organisationnels (notamment vis-à-vis du digital).

En télétravail, une réelle baisse de motivation s’est fait ressentir chez 21% des 18-30 ans, contre 14% de plus de 30 ans.

  • Des Franciliens mieux adaptés au télétravail

Dans l’étude, les salariés franciliens ont déclaré avoir mieux géré leur rythme quotidien. À la question, « Avez-vous ressenti une baisse de votre niveau de fatigue ? », les franciliens sont 44,6% à avoir répondu « tout à fait d’accord », contre seulement 27,3% des répondants situés en Province. Ces mêmes Franciliens se sont également déclarés plus productifs en télétravail : 90 % de Franciliens contre 81 % des régionaux. L’étude fait l’hypothèse que le gain en temps de transport a largement contribué à augmenter la qualité de vie des habitants d’Ile-de-France pendant le confinement. En conséquence, ces derniers ressentaient, en août dernier, plus de craintes de retourner au bureau que leurs homologues en région (48% contre 41%).

L’étude peut être téléchargée ici

Article en lien