Transformation numérique : se former pour s’adapter

Selon une étude Hub One/Opinion Way portant sur « l’impact des nouvelles technologies en environnement professionnel », la transformation numérique doit nécessairement s’accompagner de formation pour assurer une meilleure performance et sécurité des entreprises.

Aujourd’hui, si des disparités subsistent, 60 % des salariés français estiment que leur métier s’est largement digitalisé, constate Hub One, en préambule de l’étude. L’implémentation nécessite du temps, l’usage d’outils comme le fax ou du telex étant toujours répandus pour respectivement 28 % et 12 % des répondants. Ainsi, pour 45 % des salariés français, les technologies de l’information et de la communication sont considérées comme un allié, permettant de solutionner les problèmes auxquels ils sont confrontés (72 %), mieux s’organiser (69 %) optimiser leur productivité (68 %) et gagner en flexibilité (60 %). Les technologies évoluant rapidement, elles incitent les salariés à se renouveler au quotidien. 69 % d’entre eux se forment en permanence pour acquérir de nouvelles compétences et considèrent que les technologies attisent leur curiosité en matière de nouvelles méthodes de travail.

Une nécessaire adaptabilité des salariés

L’étude met par ailleurs en évidence que l’adoption des technologies au sein des entreprises a modifié les façons de travailler, induisant une adaptabilité de la part des salariés. 60 % d’entre eux ont noté une augmentation du rythme et de l’intensité du travail, et plus de la moitié (55 %) éprouvent un besoin constant d’adaptation aux nouveaux outils, ce qui peut représenter un frein dans leurs tâches au quotidien. Une adaptation également nécessaire au niveau culturel, 57 % jugeant que les technologies contribuent à creuser l’écart générationnel. Pour mieux s’adapter, les formations sont d’ailleurs largement plébiscitées par les salariés : lorsqu’elles ont été dispensées, 90 % des personnes interrogées estiment qu’elles leur ont permis d’être plus efficaces dans leur travail au quotidien.

Anticiper la cybercriminalité

Selon Hub One, la formation représente également un rempart non négligeable face à cette recrudescence d’attaques informatiques, dont le risque augmente à mesure de l’augmentation des usages et donc de l’exposition des entreprises. Les salariés doivent aujourd’hui adopter les bonnes pratiques en matière de cybersécurité et modifier leur façon de travailler tant au niveau organisationnel que culturel. Si certaines mesures basiques sont appliquées par la majorité des collaborateurs, comme le fait de ne pas cliquer sur les liens ou naviguer sur des sites qui semblent dangereux (80 %) ou encore de fermer sa session en quittant son poste (74 %), des lacunes persistent. Plus d’1/3 d’entre eux continue de travailler dans des espaces publics et connectent des clés USB à leur ordinateur, 36 % ne vident pas leurs cookies, 41 % n’utilisent pas de gestionnaire de mot de passe, et 96 % n’utilisent pas de cache écran / filtre de confidentialité. « Un sujet sur lequel les organisations doivent impérativement se pencher si elles souhaitent rester compétitives, et ce dans un monde où la digitalisation des entreprises et des métiers est un phénomène qui ne s’arrêtera pas, et où le nombre de menaces informatiques ne cesse d’augmenter », conclut Hub One.

Article en lien